Mighty Man Marti

 

Comixheroes : Pourquoi les personnages de Centaur Publishing plus spécifiquement plutôt que ceux d'Harry A. Chesler ou Nedor, par exemple ?

Marti : ça c'est une question pour Jean Michel.

Jean-Michel : Pour deux raisons je pense. La première parce qu’il s’agit de personnages qui datent vraiment du tout début du genre super-héroïque (The Clock date même d’avant Superman et The Arrow a sans doute été conçu avant la sortie d’Action Comics #1) et qui du coup sont assez peu formatés. Tout en ayant des designs très iconiques par certains des meilleurs artistes de l’époque qui vont s’illustrer notamment chez Timely (l’ancêtre de Marvel), ils possèdent un potentiel que je trouve exceptionnel, et qui tout en étant lié au genre super-héroïque, en permet également une lecture un peu plus adulte.

Et parce que deuxièmement, après avoir lu quasiment tous les épisodes disponibles un lien commun à quasiment tous ces personnages m’a sauté aux yeux.
Ce lien me permettait donc de rassembler tous ces personnages dans une continuité commune (qui n’a jamais existé à l’époque) sans que cela paraisse artificiel.

Ce qui n’est pas le cas pour les personnages que tu cites.Mighty Man

Comixheroes : Verrons-nous, à terme, tous les personnages de l'univers Centaur ?

Marti : Au regard du scénario, il y en a déjà pas mal... L'une des difficultés, d'ailleurs, c'est de les introduire dans l'histoire sans trop submerger les lecteurs qui ne les connaîtraient pas.

Jean-Michel : J’ai identifié plus de 60 personnages de l’univers Centaur (et deux autres extérieurs à Centaur mais que je vais introduire en plus) que nous allons utiliser.
Bien sûr, tous ne seront pas introduits en même temps ni n’aurons le même niveau d’exposition. Certains sont juste des noms alors que d’autres font une apparition comme supporting characters.
Enfin, tous ne sont pas des super-héros. Par contre, tous sont introduits parce qu’ils ont une utilité bien précise. Pas de catalogue, mais du fonds.

Masked MarvelComixheroes : Comment est né le projet Centaur Chronicles ? D'où a germé l'idée de ce projet ? Par quoi a-t-il été influencé ?
Moyenne
Marti : Le projet est le bébé de Jean Michel, véritable historien du Golden Age. Pour ma part, j'ai bien accroché à certains personnages qui sortaient de l'ordinaire : The Eye, Speed Centaur, ainsi qu'à des héros précurseurs comme The Clock, The Shark et bien sûr Amazing Man.

Jean-Michel : L’idée est née de mes différents travaux sur les personnages et de la conviction que le lien commun que j’ai trouvé ferait une bonne histoire.

Dans un premier temps, le projet était porté par J.F.C. Editions de John Favre dans la cadre de sa publication L’âge d’or des Comics.

A l’époque, plusieurs petits éditeurs français se lançaient dans des réimpressions du golden age et John voulait faire de la création et pas uniquement de la restauration.
A l’époque, Reed Man venait d’avoir des soucis de santé et nous lui avons proposé d’être notre artiste. Je faisais le scénario & John s’occupait du reste sauf les dessins des épisodes modernes.
J’avais aussi été en contact avec Fred Treglia d’Univers Comics.

J’ai donc écrit le traitement du premier story arc de ce qui deviendrait le projet Centaur Chronicles. Malheureusement, la perte de la licence Strange par Organic Comix a mis un premier coup d’arrêt au projet.
En effet, nous devions sortir les épisodes sous la bannière Special Strange, marque mythique qui nous faisait rêver.

Après cela, le projet est passé dans les mains de Fred Grivaud qui avait déjà illustré une histoire de Science-Fiction inédite pour John.

Fred a fait le prologue et le 1er épisode du projet qui ont été publiés dans L’âge d’or des Comics n° 5 et Centaurus n° 1.

Malheureusement, la publication s’est arrêtée suite à des problématiques rencontrées par John sur d’autres projets.

Fred et moi avons essayé de placer le projet chez des éditeurs nationaux. Nous avons reçu des marques d’intérêt mais malheureusement pas de réponses positives.
Suite à des divergences artistiques, nous avons décidé de cesser notre collaboration.

Je pense que la plus grande influence du projet est mon amour pour la continuité des univers Marvel et DC Comics. Ayant réussi à en créer une cohérente avec les épisodes du golden age Centaur, c’est vraiment le moteur de ce projet.

Après, certaines personnes qui ont lu les épisodes publiés chez John Favre y ont vu à mon grand désarroi des inspirations de Watchmen & Rising Stars.
Ennuyé au début de ne pas avoir vu ces références inconscientes, je me suis fait une raison. Mieux vaut être comparé à ces deux œuvres qu’à des choses que je n’aime pas.

Comixheroes : Récemment, des projets comme Project Superpowers ont mis en scène le retour des héros du Golden Age. Ont-ils eu une influence graphique ou scénaristique sur le projet Centaur Chronicles ?

Marti : C'est vrai qu'une fois sur le projet, j'ai regardé le travail d'Alex Ross sur certains personnages du Golden Age sur la série Project Superpowers mais n'étant pas Alex Ross, j'ai fait à ma sauce. L'histoire se déroule après la deuxième guerre mondiale et court jusque dans les années 50. Pour les scènes proches des années 40, j'ai respecté le look des personnages tel qu'ils apparaissaient dans les publications Centaur. Pour les années 50, j'ai légèrement relooké certains d'entre eux.

Jean-Michel : Scénaristiquement, je ne pense vraiment pas, car notre projet est très différent car nous utilisons des épisodes du golden age restaurés qui font écho et expliquent en partie les épisodes modernes. Project Superpowers à l’inverse ne s’appuie que très peu sur les épisodes originaux.

De plus, Project Superpowers mélange des personnages de plusieurs univers, ce qui n’est pas notre cas. Après, nous partons d’une question initiale commune. Pourquoi les personnages de nos univers ont-ils disparus ?
Mais nous y apportons des réponses très différentes.

Enfin, nous n’utilisons pas le même segment temporel. J’ai fait le choix de placer les épisodes à la fin des années cinquante dans un monde similaire mais pas identique au nôtre.
Cela nous permet de mettre en parallèle les événements de l’histoire réelle avec des événements du monde fictionnel.
Vous retrouverez donc beaucoup de choses familières dans le monde des Chroniques de Centaur mais également des choses surprenantes et uchroniques qui expliquent la vision de leur futur qu’avaient les artistes de Centaur à l’époque.


Masked Marvel Massimo

La suite demain !