yamraj

Ce soir, Comixheroes continue à vous faire découvrir le projet Yamraj, avec leur 1ère parution.

Tout comme Max Gaines qui créa le format du comic book en rééditant des bandes dessinées à succès, nous souhaiterions, pour un prix modique, produire des anthologies thématiques visant à faire mieux connaître les premiers héros, pas nécessairement dotés de super-pouvoirs, qui ont donné ses racines à cette branche de la culture populaire. Au sommaire, une flopée de justiciers, dont Captain Freedom, The Flag, Black Hood ou encore Miss Victory. Les aventures de tous ces héros patriotiques se déroulent alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage, les personnages affrontant l'ennemi Japonais et Allemand, voire même la menace intérieure personnifiée par la sinistre cinquième colonne !

En ce qui concerne les auteurs, l'on peut citer, entre autres, Bernie Klein, Dick Ayers, Al Camy ou Cliff Campbell.

L'occasion de découvrir les épisodes originels des personnages du Yamrajverse que vous retrouverez dans des aventures modernes. La galerie de portraits présentée ici découle, à deux exceptions près, de l’entrée en guerre des États-Unis en 1941 qui, paradoxalement, « ne nuira pas à la bonne santé du secteur ; au contraire, les super-héros patriotiques attirent un important lectorat, dont de nombreux militaires envoyés sur le front ». « Quelques grands noms se détachent mais la majeure partie des comics publiés souffrent de la faiblesse du scénario ou du dessin. Malgré ces défauts, qui tendent à disparaître après la Seconde Guerre mondiale, le comics reste un élément essentiel de la culture populaire. Il diffuse des messages politiques, voire des récits de propagande contre le nazisme et, plus tard, contre le communisme.» Propagande, le mot est lancé, qui définit le conditionnement des hommes et des femmes en vue de promouvoir les valeurs démocratiques des États-Unis qui se posent en fervents défenseurs de la Liberté face à la tyrannie, sur leur propre territoire, mais aussi à travers le monde. Car la menace n’est pas seulement extérieure : l’ennemi s’est infiltré à travers les différentes strates de la société afin de miner le moral des civils, saboter l’effort de guerre en détruisant les usines d’armement, corrompre certains hommes d’affaires ou empêcher la signature d’alliances ou de traités commerciaux qui pourraient contrarier les différentes stratégies de l’Allemagne et du Japon. Un adversaire insidieux et invisible, donc, que l’on a surnommé LA CINQUIÈME COLONNE. Comme cela a été indiqué plus haut, le dessin et le scénario importaient peu, de même que la caractérisation des personnages. Il s’agissait, sous couvert d’aventures et d’exploits extraordinaires, de faire passer certaines consignes et ré-affirmer le bon droit de l’Amérique et de ses alliés. Nombre de personnages ne survivront pas à la victoire de 1945 ; certains même ne vivront que deux ou trois aventures avant de rejoindre les limbes de l’imaginaire. On pourrait alors, à bon droit, se demander où se situe l’intérêt de faire revivre ses instruments de la propagande. La réponse est toute simple : aujourd’hui encore, l’héritage de cette période continue de porter ses fruits. Sans Miss Victory (les femmes aussi étaient mises à contribution, dans les usines comme dans les comics), U.S. Jones, The Flag, Unknown Soldier et tous les autres personnages de cette période, les comics n’auraient peut-être pas « contaminé » l’imaginaire collectif de millions de lecteurs à travers le monde.

Notre message, pour ne pas être politique, s’appuie sur les notions de tolérance, du droit à être différent et, avant toute chose, marque notre manière de célébrer l’Imaginaire et l’Art de conter des histoires. Toute l’équipe de YAMRAJ vous encourage donc à oublier vos a priori, à remettre certaines idées dans leur contexte (Seconde Guerre Mondiale).

Pages intérieures :

in

in2