Laurent m'a donné sa bénediction pour publier mes impression personnelles sur le film Batman v Superman, quand bien même elles sont aux antipodes des siennes.
Et tant mieux, car il faut que ça sorte ! Depuis que j'ai vu ce film, je ne m’en remets pas. Batman v Superman allie pendant 2h30 (qui paraissent durer 4h, facile) idées étranges et réalisation faiblarde.
Je spoile, mais de toutes façons, je vous déconseille vraiment de voir le film.

Source: Externe


1 - Est-ce une déception ?
Non. En tout cas, pas pour moi, parce qu’il aurait fallut que j’ai le moindre espoir de qualité pour ce film… Les bandes-annonce manquaient cruellement de caractère et surtout de propos. Une année entière de promotion et on ne savait toujours pas POURQUOI ces deux imbéciles allaient se battre ! (et pour cause : ils se battent pour rien)
Petite astuce pour repérer qu’un film sent mauvais : si un même film est détourné, dans la campagne de promotion officielle, sous forme de bande-annonce tragique, rigolote, bourrine et thriller, c’est que le film n’a pas de personnalité propre.
Donc non, définitivement, je ne peux pas dire que je suis déçu, alors que je me suis autant fait chier devant ce film que prévu… Néanmoins, j’ai été assez surpris d’avoir carrément regretté d’être allé le voir !

2 - Le problème des dialogues
Normalement, les dialogues sont vraiment l’aspect des films auquel on ne fait pas trop attention. Le “spectateur lambda” (si tant est qu’il existe) ne se pose même pas vraiment la question de savoir si les dialogues d’un film sont bons ou pas (à moins que ce soit un argument vraiment mis en avant par la campagne de pub, genre comme pour un film des frères Coen).
Mais là, je peux vous assurer que même votre petit frère de 5 ans sera apte à vous dire que les dialogues de Batman v Superman = caca.
J’ai l’impression que Snyder a voulu combattre son image de bourrin un peu crétin avec ce film, et qu’il a tout misé sur des dialogues “qui ont l’air intelligent”. Sauf que c’est totalement raté sur toute la ligne.
Par exemple, pour montrer que les personnages sont cultivés, les scénaristes ont placé des références littéraires dans 70% de leurs répliques. De Shakespeare au Magicien d’Oz en passant par Nietzche, tout y passe ! Et de manière horriblement appuyée ! Je n’exagère pas lorsque je vous dit que prés de la moitié des répliques commencent par “comme dit untel…
Même les SBIRES ne parlent que comme ça !!!!
Cela rend tous les échanges du film inutilement pompeux et compliqués. Certaines scènes de dialogues sont même hermétiquement incompréhensibles. Clairement c’est ce défaut là qui fait passer le film de l’état de “simplement ennuyeux” à celui de “désagréable”.

(cette vidéo est déjà mieux que le film)


3 - Le montage et le manque de supervision
Comme vous l’avez compris, je n’ai jamais réussi à m’impliquer dans l’intrigue, ce qui m’a laissé beaucoup (trop) de temps pour réfléchir aux causes de ce naufrage. Ma théorie, c’est que Znyder avait fourni un film inutilement riche et bien trop long (je suis sûr que le montage d’origine devait durer plus de 3h). Sentant venir d’avance les procès pour crises d’épilepsie, les producteurs de Warner ont décidé qu’il fallait raccourcir le film d’au moins 40 minutes.
Or, Znyder n’a pas su couper des scènes sans que ça nuise à la compréhension d’une histoire de toutes façons mal maîtrisée. Du coup, il a raccourci chaque plan au maximum.
Je ne vois que ça ! Sinon, comment expliquer que chaque plan ait subit une recherche si approfondie au niveau de la photographie, de la composition de l’image et de la symbolique (chaque plan est aussi chargé qu’un tableau de la renaissance) mais ne dure que quelques dixièmes de seconde ?! Comment le spectateur pourrait-il apprécier la narration visuelle du film si elle est totalement subliminale ?!
Du coup, ces “tableaux” hyper travaillés et chargés symboliquement, qui aurait dû être des arguments positifs du films, en deviennent l’un des défauts majeurs ! Chaque image nécessiterai 5 à 10 bonnes secondes pour être lue, au risque d’être complètement indigeste ! Tout ce qu’on en retire, au final, c’est une migraine…

4 - Un découpage épuisant
Dans Batman v Superman, il y a, au bas mot, 1 millier de scènes. Du coup, évidemment, il n’y en a pas une seule qui puisse se permettre de prendre le temps de poser ses enjeux, et de vraiment raconter son histoire. Ainsi, c’est en grande partie au spectateur de fournir un effort de compréhension supérieure à ce qu’il fournit habituellement au cinéma.
Et ce ne serait pas grave si cet effort était récompensé ! Mais non ! L’histoire fournit quand même une flopée d’incohérences inacceptables et de questions sans réponses (pourquoi consacrer 2h de film à nous expliquer comment Lex Luthor met la main sur le vaisseau kryptonien, mais pas une seule réplique pour nous montrer comment il a découvert l’identité secrète de Superman ?).
Pire ! Le film va même prendre un malin plaisir à contredire toutes les anticipations naturelles du spectateur. Je m’explique avec trois exemples tirés du film :
1 - Le film s’ouvre sur la destruction causée par la bataille de Métropolis, vue du point de vue de Bruce Wayne (scène plutôt bien fichue, au demeurant), et on comprend que c’est là la base du conflit entre les deux protagonistes, mais aussi de la méfiance des autorités vis à vis de Superman.
MAIS NON ! Finalement, on nous rajoute, juste après, une scène extrêmement embrouillée, dans un désert, qui ELLE, va exclusivement justifier le conflit entre les deux protagonistes et la méfiance des autorités…
2 - Bruce Wayne s’apprête à mener une mission pour faire avancer son interminable enquête. Il s’avance dans la Batcave, passe devant pleins de gadgets cool, et s’arrête un moment pour bouder devant son Bat-costume. La musique héroïque s’emballe, on comprend que le Bat-justicier s’apprête à intervenir.
MAIS NON ! La mission qui suit est l’une des rares que Bruce Wayne accomplira en civil !
3 - Superman passe devant une commission du gouvernement américain, mais la salle explose ! Superman est debout au milieu des flammes, il boude... Dans le plan suivant, la nuit est tombée, et Lex Luthor entre dans un bâtiment qui vient de subir une attaque : des bris de verre sur le sol, des vitres et des portes explosées en témoignent. On comprend que Luthor arrive sur les lieux de l’attentat qu’il a commandité.
MAIS NON ! C’est un tout autre bâtiment, qui a été attaqué en même temps ! C’est un pur hasard si ces deux scènes se suivent à l’écran.
La migraine s’intensifie…
Et comme si le découpage n’était pas encore assez mauvais, il a été décidé de ponctuer le premier acte du film (basé sur une enquête de Batman ennuyeuse au possible, la faute à un véritable enjeu énoncé trop tardivement) par des séquences de bagarres en rêve ! Je vous jure que c’est vrai : les seules scènes d’action du premier acte sont imaginaires !
Enfin… Je crois… Parce que, dans un de ses rêves, Batman reçoit la visite d’un voyageur du temps qui lui donne des informations pertinentes pour la suite de l’histoire, que Batman décide de prendre… en considération ? Je suppose ? ?????????????

(le court-métrage qui se moque de la principale source d'inspiration du film)

5 - La mise en place d’un univers qu’on déteste déjà
DC/Warner a voulu faire son propre Avengers pour lancer un univers partagé… A la place, on a eut droit à Iron-man 2, version déprimante.
Pas UN seul des personnages introduits dans ce film dans le but de les commercialiser ensuite ne parvient à échapper au ridicule ! Rien que la scène qui nous les montre tous est un exemple de narration ratée !
Comment peut-on espérer fasciner le public en lui montrant un personnage regarder des vidéos moches en noir et blanc sur son PC ?
La palme du ridicule revient tout de même à Aquaman qui parvient à être encore plus ridicule que son homologue de Bande-Dessinée… (sérieusement, ils n’auraient pas pu lui apprendre à tenir son trident correctement ?)
Et quand on sait que Justice League sera divisé en deux films, alors que le défaut le plus évident de Batman v Superman est justement son incapacité à démarrer rapidement son intrigue, ça annonce un Justice League part 1 totalement indigeste !
De plus, à titre personnelle, ça m’afflige un peu de “découvrir” que le méchant sera Darkseid. Du coup, on aura quasiment en même temps Avengers 3 en deux parties, où le groupe de héros affrontent un Tyran cosmique avec une drôle de tête carrée, et Justice League en deux parties, où le groupe de héros affrontent un Tyran cosmique avec une drôle de tête carrée…

6 - Une adaptation respectueuse ?
Ben non, évidemment. Normalement, j’accepte avec joie qu’un cinéaste réinvente l’univers de personnages que j’apprécie. Mais là, ni Batman, ni Superman ne sont réinventés : ils sont dénaturés.
Batman en gros abruti qui tue à tour de bras, ce n’est pas une version plus “réaliste” et “sombre” du personnage, c’est juste une version ennuyeuse et glauque. Déjà, à la base, l’épreuve principale d’un conteur qui veut créer une histoire de Batman, c’est de trouver comment rendre ce personnage moral. Parce que, avec un peu de recul, on se rend bien compte que Batman est un connard : c’est un gosse de riche qui, au lieu d’aider les défavorisés, décide de dépenser tout son argent en arme pour rouster avec une violence extrême tous les petits délinquants qui habitent dans des quartiers défavorisés. UN CONNARD, quoi…
Et dans ce film là, c’est encore pire : il tue, torture, menace, espionne, vole, et passe 80% du film à méticuleusement préparer un MEURTRE motivé par des a priori racistes !
Tandis que Superman, lui, est juste une bille. On passe 2h30 à découvrir la liste toujours plus longue de tous ses points faibles, et le voir échouer chacune des choses qu’il entreprend. Tout ça pour, au final… mourir Oo C’est toujours une super façon de démarrer un univers partagé, d’en tuer le personnage principal ! (et s’ils comptent le ressusciter comme dans les comics, je vous conseille de sortir dès maintenant les aspirines)
Bref, ce n’est ni une histoire de Superman, ni une histoire de Batman, ni une histoire DC… Lois Lane passe pour une imbécile tout du long (la “péripétie” de la lance jetée dans l’eau *facepalm*) et Luthor… Je ne sais pas, pour Luthor, je n’ai à peu près rien compris à ce qu’il racontait !
Et en prime, Snyder continue à nous torturer même après la sortie du film, en révélant notamment que le journaliste/agent de la CIA qui se prend une balle dans le crâne au tout début du film est en réalité... JIMMY OLSEN ! Du coup, si vous connaissez le personnage, vous serez déçu du traitement bâclé qu’il subit, et si vous ne le connaissez pas, ça fait juste un rebondissement ennuyeux qui ne vous fera rien ressentir. Tout bénéf !

7 - Des journalistes tout pourris, des polémiques absurdes et des lecteurs qui méritent des journalistes tout pourris
Et pour finir, je tiens à m’en prendre un peu aux journalistes pro qui ont sorti une critique assassine il y a deux jours, et essaient maintenant de nuancer leurs propos parce que “ça rend Ben Affleck triste” (ou parce qu’ils se font arroser/menacer par WB, plutôt).
Messieurs, allez bien vous faire foutre.
Voilà une preuve définitive que vous n’être que des clowns qui écrivent des critiques sévères parce que ça fait plus de clicks. Vous n’avez aucune intégrité, ni opinion personnelle.
Normalement, dans un monde où les journalistes ciné savent de quoi ils parlent, la critique est toujours justifiée par des arguments et des observations objectives. Et quand vous faites l’effort de justifier votre ressenti, vous n’avez jamais à revenir dessus. C’est la magie d’une bonne critique, bande de nazes !
Et j'en ai aussi pour ceux qui ont sorti des critiques élogieuses et ronflantes, juste pour "prouver" qu'ils ne sont pas à la botte de Disney, et pour faire croire qu'ils sont du côté des fans : vous êtes tout aussi débiles, les mecs !

Les critiques professionnels, sur Batman V. Superman, en trois vagues :
- Vague 1 (simultanée avec la sortie du film) : “C'est de la merde, n'allez pas le voir !”
- Vague 2 (après avoir reçu des menaces de Warner Bros.) : “C'est de la merde, allez le voir !”
- Vague 3 (après avoir vu la vidéo “Sad Affleck”) : “C'est trop bien, allez le voir !”

- Vague bonus (maintenant) : “Les critiques qui en ont dit du mal ont été payés pour vous mentir ! Le film est un chef-d’oeuvre !”
- Vague bonus 2 (maintenant aussi) : “Les critiques qui vous en disent du bien ont été payés pour vous mentir ! Le film est une catastrophe !”

Bref, je vous conseillerai d'ors et déjà de supprimer de vos habitudes de lectures tous les "critiques" qui ont attendu de voir dans quel sens le vent allait tourner avant de formuler "leur" avis...


8 - La "conspiration marvel"
Je me demande si c'est dû aux relans de paranoïa post-11 septembre véhiculés par le film, mais beaucoup de gens, pourtant à priori sains d'esprit, se sont convaincus eux-même que les critiques négatives de Batman v Superman étaient le résultat du quasi-monopole/de l'influence tentaculaire de Marvel/Disney sur les films de super-héros.
Ainsi, des sites d'actualité très sérieux n'ont pas hésité un seul instant à diffuser des rumeurs et des théories falacieuses selon lesquelles le "bashing" du film était orchestré par les rivaux de Warner/DC, qui n'avait plus à leur disposition que cette solution extrême pour survivre face à ce chef-d'oeuvre du cinéma d'action...

Je vous le dis tout de suite : Je suis à peu près certain que les gens qui croient ça n'ont pas vu Batman v Superman... Parce que même si on trouve que les trois-quatres scènes un peu fun disséminés à droite à gauche dans l'océan de médiocrité de ce film suffit à le rendre agréable à regarder, il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas en voir les défauts objectifs et évidents !
En réalité, si les critiques ciné sont, pour la plupart, moins sévères avec, disons, Ant-man ou Iron-man 3, qu'ils ne l'ont été avec Batman v Superman, c'est tout simplement parce que les deux premiers sont infinimment moins prétentieux que le troisième...
Ant-man est un divertissement assez moyen, peu imaginatif et souvent mal exécuté, mais ça s'arrête là !
Batman v Superman, en revanche, se veut être un film hyper intellectualisant, novateur, sombre, adulte, créatif, symbolique, critique, qui se croit toujours digne d'aborder des questions comme la religion, l'ingérence et le terrorisme... Mais n'arrive à rien faire de tout ça ! 

Imaginez si c'était de la cuisine : vous préférez la cuisine de votre maman, qui vous fait généralement des pâtes à la bolognaise sympa et goûteuses, et qui, de temps en temps, vous prépare une forêt noire carrément délicieuse OU BIEN
Un chef de restaurant snob, qui court après les étoiles, et dont tous les plats sont extrêmement complexes, mais ont tous le goût de vomi ?
Peu importe lequel des deux vois choisissez en tant que simple consommateur, la vérité demeure qu'un critique gastronomique aura toujours l'obligation éthique d'être plus sévère avec le second !

DEUX CONSEILS AVANT D'ALLER VOIR BATMAN V SUPERMAN :
1°) N'y allez pas avec des enfants. Sérieusement. Je sais que la campagne de promotion, les produits dérivés et les publicités sur les boîtes de céréales essaient de vous faire croire que c'est un spectacle tout public, mais il n'en est rien. En vérité, je peux vous assurer que pour un jeune public, ce film sera une source énorme de cauchemar, de crises d'épillepsie et de larmes d'ennui (j'ai l'air de plaisanter comme ça, mais je vous assure que montrer ce film à un môme de 7-8 ans, c'est le meilleur moyen de le dégoûter à vie des super-héros).
2°) Si vous hésitez encore à aller voir ce film, sachez que la meilleure scène (ou tout du moins la plus intense) inclue un bocal d'urine. Ce qui constitue une excellente métaphore de cette production.