Ultimate_Spider-Man_boxart047875813137F

 

Actualité oblige, ce nouveau billet est consacré à un jeu vidéo qui a fait la joie des joueurs de l'ancienne génération de consoles. Ultimate Spider-Man est intéressant à plus d'un titre, car cette adaptation de comics bénéficie avant tout d'une histoire inédite qui est le fruit des auteurs Brian Michael Bendis et Mark Bagley.

394352

 Petit rappel des faits : Ultimate Spider-Man a commencé à paraître en octobre 2000, réalisée par les soins conjoints de Brian Michael Bendis (alors fraîchement débarqué des comics indépendants de type policier) et Mark Bagley (vétéran du Spider-Man classique qu'il a illustré pendant des années). L'objectif était de proposer un Spider-Man adapté à un nouveau public, libéré de presque quatre décennies de continuité. On apprend donc à suivre un Peter Parker qui a 15 ans en l'an 2000, dont la meilleure amie est sa voisine Mary Jane Watson, et qui verra son destin bouleversé lors d'une visite des laboratoires Oscorp. La différence réside dans la narration, qui s'attache à nous faire découvrir l'environnement du jeune homme d'une manière décompressée.

En octobre 2005, la série paraît toujours chaque mois (voire deux fois certains mois) sous la plume des mêmes auteurs, et plusieurs personnages classiques y sont apparus. C'est ainsi qu'on apprend qu'Eddie Brock est le fils des défunts amis des parents de Peter Parker, qu'il est à l'université sous l'égide du Dr Connors et possède le résultat d'une expérience inachevée des Brock et Parker. Ce symbiote va fusionner avec Peter mais se révélera incontrôlable, et deviendra un sujet de discorde avec Eddie, qui va complètement fusionner avec cet hôte et devenir l'impitoyable Venom. Cependant, une partie de ce symbiote sera récupérée par le scientifique Ben Reilly pour le dupliquer dans une expérience de clonage, ce qui amènera à la naissance de Carnage.

Et c'est là que commence le jeu.

Ultimate-Spider-Man---Super

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès l'ouverture, le joueur incarne Peter Parker face à Venom, dans une reconstitution du combat des comics, à la fin duquel le symbiote semble trouver la mort. Mais bien vite, c'est lui qu'on incarne alors qu'il attaque un bar pour se nourrir des infortunés clients... dont fait partie le célèbre mutant griffu Wolverine ! Spider-Man, dans un laps de temps à peu près similaire, doit poursuivre et combattre une version améliorée du RHINO, avant que l'action ne se recentre sur Venom qui sera capturé par le Wild Pack de Silver Sable. Eddie est emprisonné par Bolivar Trask et Adrian Toomes, qui envoient l'hôte du symbiote à la poursuite d'Electro. Le jeu faisant alterner les séquences de poursuite et de combat, ainsi que les personnages de Spider-Man et Venom, le scénario est donc un enchaînement de péripéties qui voient l'intervention du Scarabée, l'évasion du Bouffon, et finalement la capture de Peter Parker qui sera transformé en Carnage. Son symbiote sera absorbé par Venom, qui parviendra à s'enfuir encore, tandis que les dossiers de Bolivar Trask révèleront que c'est Eddie Brock Senior (qui s'était injecté le symbiote originel) qui est le vrai responsable du crash de l'avion où les Parker ont trouvé la mort des années plus tôt.

Ultimate_Spiderman_2

ghjk

gfs_67509_2_5

 

 

 

 

ultimate_spiderman_2klk0

 ultimate-spider-man-game

C'est donc un épisode inédit situé dans la continuité des comics que le joueur découvre en direct. Les graphismes en cell-shading sont très fidèles au style de Mark Bagley et très colorés, l'animation est très bonne et on s'éclate à se balancer au bout de la toile de Spidey. Cependant, les séquences de poursuite sont assez frustrantes, puisqu'on a tôt fait de se perdre entre les immeubles de New York et que les ennemis n'attendent pas. Le doublage est de bonne facture et omniprésent. Les musiques sont sympathiques mais répétitives, de même que l'alternance des niveaux (dont la difficulté est mal dosée). Et non, on ne peut pas passer librement de Spider-Man à Venom, seulement quand l'histoire le veut.

Il existe plusieurs versions du jeu, toutes suivant le même scénario dans ses grandes lignes. La version la plus répandue est la version 128 bits, sortie simultanément sur les consoles de salon du moment, à savoir PS2, GameCube et Xbox (plus PC). Il existe deux versions portables différentes. Le portage GameBoy Advance propose un jeu en 2D (avec des personnages modélisés en 3D dotés d'une très belle animation), résolument tourné vers la plate-forme et rappelant en cela les adaptations vidéoludiques antérieures, telles que Spider-Man VS The Kingpin. L'esthétique est donc très proche d'un jeu 16 bits. La version Nintendo DS, elle, bénéficie de graphismes en 3D basés sur le moteur du jeu Spider-Man 2. On remarque que c'est Activision qui signe tout ça, ce qui fait que chaque jeu reprend les bases inaugurées depuis 2001 et leurs premiers jeux Spider-Man sortis sur Playstation, GameBoy Color, GameBoy Advance et Dreamcast.

Origiulsmds016naleulsmds013

 

ulsmds008

Et qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Activision continue de nous fournir presque chaque année de nouveaux jeux basés sur l'univers du Tisseur. On ne retiendra que ceux qui sont liés à l'univers Ultimate pour cet article.

 

 

spbnga0f

Spider-Man : Bataille pour New York (GBA/DS), sorti en novembre 2006, reprend les aspects du jeu Ultimate Spider-Man et son univers, remplaçant Venom par le Bouffon.

Spider-Man_Shattered_Dimension_X360_jaquette

Spider-Man Dimensions (Xbox360/PS3/Wii/PC/DS), sorti en septembre 2010, met en scène quatre Spider-Men dont la version Ultimate, dans une variation où celui-ci est devenu l'hôte du symbiote.

Quant au scénario, il n'a finalement pas été intégré à la continuité des comics Ultimate Spider-Man, car Brian Bendis a intégré certaines idées et certains personnages de manière très différente, rendant donc caduque l'histoire du point de vue de la continuité. On peut donc dire qu'il s'agit d'un univers Ultimate alternatif.