imagesL'un des deux derniers piliers d'Image Comics fête ses 21 ans cette année. On pourrait faire plus rond et plus symbolique, mais réfléchissons une seconde : il s'agit de Savage Dragon, la série de super-héros indé qui a dépassé les 180 numéros sans aucun changement d'auteur.

 C'est en effet en 1992 qu'Erik Larsen, alors récent successeur de Todd McFarlane sur Spider-Man, lance la mini-série Savage Dragon, reprenant un personnage créé dans son enfance et déjà protagoniste de plusieurs fanzines dans les années 1980 (il est à noter que Larsen a perdu tous les originaux lors de l'incendie de sa maison, ce qui explique la symbolique récurrente du feu tout au long de la série).

Le personnage appelé Dragon est un humanoïde colossal retrouvé nu, inconscient et amnésique dans un cercle de feu à Chicago. Son surnom lui vient de l'infirmière Ann Stevens (personnage secondaire récurrent) en raison de son physique particulier : on peut grossièrement résumer que c'est un sosie de Hulk avec une crête sur la tête. L'individu se lie d'amitié avec le lieutenant de police Frank Darling, qui fera tout pour le convaincre d'intégrer les forces de police de Chicago, dépassées par les assauts des « monstres » du Cercle Vicieux, le super-gang mené par le sinistre Overlord... Le Dragon finira par devenir officier de police et recrutera par la suite divers autres « monstres » pour lutter contre le super-crime organisé.

 L'histoire du Dragon est en perpétuel mouvement et se déroule en temps réel : les personnages vieillissent, meurent, procréent, et le héros n'échappe pas à cette règle. Autrement dit, tout ce petit monde a bien pris 20 ans d'âge dans les pages de la série depuis le début. Mais ce n'est pas tout : Savage Dragon s'inscrit dès le début entre l'hommage et le pastiche, sans oublier l'action décomplexée et le feuilleton, au sein d'un univers partagé dont il deviendra au fil des ans le dernier représentant. C'est donc une œuvre à part au sein d'Image Comics, dans laquelle on croise très vite et très régulièrement des invités prestigieux comme Youngblood, les Tortues Ninja, Wildstar, Maxxx, Spawn et Hellboy, ainsi que des références à d'autres créations hébergées par Image Comics (le justicier Superpatriot transformé en cyborg par l'organisation Cyberdata, ennemie de l'équipe Cyberforce créée par Marc Silverstri).

CollectionImage18_05102004 ICO001083SavageDragon30

Erik Larsen ne s'interdit rien, et la liberté de ton est totale, ce qu'il décrira d'ailleurs comme quelque chose de « plus mature que Marvel, moins prétentieux que Vertigo ». L'ensemble garde une saveur unique au fil des ans, soutenue par la présence continue du créateur au scénario et au dessin de chaque épisode de la série. Les quelques mini-séries adjacentes ont beau être l’œuvre d'autres auteurs, Erik Larsen réintègre toujours les éléments lui-même dans le canon de la série, ajoutant des pages entières aux rééditions successives afin que la seule lecture de la série mensuelle Savage Dragon suffise et garde une grande cohérence. On notera aussi quelques crossovers extérieurs (10th Muse, Superman) et des apparitions dans d'autres titres (Velocity, Judgment Day, Backlash).

 

Savage Dragon est donc la série la plus solide en matière de super-héros indépendant, tenue par un seul homme contre vents et marées depuis deux décennies, même s'il ne s'agit pas d'un best-seller ; elle n'a pas connu un lancement aussi triomphal que les premiers numéros de Spawn et Youngblood, notamment, et sa notoriété n'a jamais atteint des plafonds malgré une courte série animée.

 Savage_Dragon_Tome1

En France, Savage Dragon a fait partie des bimestriels Image de la première époque lancés par Semic entre 1995 et 1996, avec Cyberforce, WildCATs, Youngblood et Spawn. Sa publication a été stoppée avec son quatrième numéro, ce qui laissera pendant longtemps les fans français sur leur faim après s

eulement 8 épisodes (plus les 3 de la mini-série originelle, publiés en un seul album dans Collection Image). Par la suite, l'éditeur tentera de le ramener à l'occasion sur le devant de la scène, profitant de rencontres avec des personnages plus porteurs, mais sans suite. C'est Delcourt qui finira par redonner en 2010 une nouvelle chance à la création d'Erik Larsen avec la réédition des premiers épisodes déjà publiés en 1996, plus l'épisode 0 (paru en 2005) et la mini-série The Dragon : Blood and Guts réalisée par Jason Pearson. Pour ce faire, Delcourt utilise un format similaire à leurs intégrales de Spawn, avec papier glacé et couverture cartonnée. Mais cette tentative n'a pas rencontré le succès : on parle de moins de 1000 exemplaires vendus !

 A quoi imputer cet échec ? Est-ce que les lecteurs potentiels sont depuis longtemps passés à la VO ? Est-ce que le public librairie n'apprécie pas les dessins d'Erik Larsen (pour Jason Pearson, l'échec de Body Bags en album semblait déjà être un indicateur) ? La série se prête-t-elle bien à l'album cartonné ? Autant de questions auxquelles je me garderais bien de répondre.

 Tant pis s'il est trop tard pour sauver l'officier Dragon chez Delcourt, mais cet album conséquent vous permettra de découvrir l'univers d'Erik Larsen, qui s'amuse à rendre hommage aux icônes des comics, à égratigner gentiment les grosses compagnies en parodiant certains personnages phares et poncifs éculés du comic-book, à ne s'interdire que ce que bon lui semble sans pour autant céder à une débauche gratuite de sexe et de violence, mais surtout, à animer seul mois après mois tout un petit monde hétéroclite auquel on a vite fait de s'attacher.

 

Pour un aperçu VF, il existe plusieurs solutions :

 -Savage Dragon, tome 1 : Baptême du feu (Delcourt/Contrebande)

(la mini-série Savage Dragon, le numéro 0 et la mini-série Blood & Guts inédite)

-Collection Image 18 : Hellboy (Semic)

(contient Savage Dragon #34-35, soit la première rencontre avec Hellboy, plus une histoire courte dessinée par Adam Hughes)

-Superman Hors Série 3 : Superman/Savage Dragon (Semic)

(par Jon Bogdanove)

-The 10th Muse

-Judgment Day 1 et 2 (Panini/Génération Comics)

-Les Chroniques de Spawn 28 à 33 : Image United (Delcourt)

(crossover dessiné par tous les fondateurs d'Image)

 

Pour la VO :

-La collection trade paperback (environ 6 épisodes dans chaque album) numérotée de 1 à 15, jusqu'à l'épisode 81, puis les volumes non numérotés commençant à l'épisode 139

-Savage Dragon Archives (environ 24 épisodes en noir et blanc par volume) 1 et 2, jusqu'à l'épisode 50

-Savage Dragon Team-Ups (Vanguard #2-3, Velocity #2, Freak Force #10, Savage Dragon #13A-25-30)

Il existe aussi un grand nombre de crossovers disponibles en fascicules, trouvables en fouillant bien.