Home sweet home...
Vous ne l'avez pas réclamé, mais Vincent I. (alias Surtur Flamingo) revient sur ComixHeroes ! En effet, dans la mesure du possible et selon l'inspiration, je tâcherai de rédiger une petite critique ou analyse sur toutes les parutions Marvel qui sortent dans nos kiosques français chaque mois. L'idée, c'est de briser la monotonie avec laquelle on finit par lire toutes ces revues, en abordant leur lecture sur un angle un peu inédit.

Source: Externe

On commence cette nouvelle chronique avec une analyse de deux séries présentes dans la revue The Avengers n°23 de mai 2015. Si vous ne la trouvez pas, il s'agit de celle avec les Illuminati (étrangement baptisés New Avengers, en ce moment) qui se bagarrent joyeusement en couverture...
Attention ! Ce magazine ne doit pas être confondu avec Avengers Universe, The Avengers HS, Avengers Universe HS, The Avengers extra, Avengers Universe Extra, Avengers extra HS, les intégrales Avengers Marvel Now! (qui contiennent les mêmes séries), Avengers : les héros que vous avez vu au cinéma, Les Avengers à la plage, ou encore Avengers : sisi la famille. NON ! Celui dont on parle ici, c'est The Avengers, qui contient les séries Avengers, New Avengers et Avengers World.
Vous suivez ?

Source: Externe

Et plus précisément, j'aimerai pour l'instant me concentrer sur deux séries présentes dans le magazine : Avengers et New Avengers (que je compte bien appeller "Illuminati" à partir de maintenant).

Si je choisis de vous parler de ces séries-çi en particulier, c'est parce que je dois vous avouer quelque chose : j'aime beaucoup Jonathan Hickman, leur scénariste actuel. Et pourtant, l'écriture de Hickman présente un sérieux défaut : on ne comprend pas vraiment ce qu'il cherche à nous raconter ! C'est terriblement compliqué et, bien souvent, on s'éloigne de la série de super-héros pour tomber dans le traité de physique quantique... 

Prenons cet épisode 36 de Avengers comme exemple ! Je -suppose- que ça se passe dans le futur, mais le décors n'est jamais vraiment planté. Si vous avez pris en court de route, tant pis pour vous... Beaucoup de personnages, beaucoup d'intrigues et un océan d'événements passés sous silence : on pourrait croire qu'on a raté un épisode. Mais non ! C'est simplement ainsi que Hickman raconte ses histoires.

Personnellement, le style Hickman, je l'ai découvert durant son run sur Fantastic Four : de la science fiction à la fois riche et complexe, et une trame dont on ne comprend tous les tenants et aboutissants qu'à la toute fin. Je me souviens parfaitement avoir souvent soupiré devant ses épisodes des FF, pour finalement être complètement happé par l'intrigue quelques épisodes avant la fin, une fois que tout était devenu parfaitement clair.

Donc faites lui confiance, à Johnny ! Peut-être que vous avez l'impression qu'il vous a complètement perdu pour l'instant, mais bientôt vous réaliserez qu'il a su vous faire retenir quelques informations clés, un savoir dormant, qui s'activera au moment précis où il le souhaitera.
Et vous serez même ému. Car Jonathan Hickman est un brillant architecte.

Source: Externe

Heureusement, Hickman fait aussi des schémas clairs et précis, pour qu'on comprenne mieux ses histoires

Malheureusement, c'est ce qu'on peut repprocher aux séries Marvel du moment. Comme elles sont toutes liés, rares se font les épisodes purement divertissants à la trame claire et précise. Un bon vieil affrontement héros vs vilain n'est plus la norme ! Heureusement, du côté des Illuminati, on a droit à du héros vs héros bien bourrin ! Super ! Mais... Pourquoi, déjà ?

Néanmoins, je vous l'accord, moi aussi j'aurais bien aimé comprendre qui Thor et Hyperion partent affronter. Parce qu'effectivement, je n'ai rien compris.