5570_147665612243_5197512_n

Cela n'aura échappé à personne : depuis que la presse généraliste a appris l'existence du fonds de comics du Golden Age du domaine public, l'information est relayée à tout va partout depuis plusieurs jours.

Maintenant, tout le monde sait que Digital Comic Museum propose une offre gratuite et légale, et surtout très riche. Est-ce une mauvaise chose ? Assurément pas. Ces passionnés font un excellent travail, et il n'est que justice de leur donner une nouvelle visibilité en retour. Mais remettons les choses en perspective : le DCM n'est pas apparu d'un coup, avec ses 15 000 comics scannés. En réalité, le site existait déjà en 2006 sous le nom de goldenagecomics.co.uk, avec une interface à peu près similaire, et fournit depuis plusieurs années le matériel de plusieurs revues dédiées au Golden Age.

Ce que tout le monde ne sait pas, en revanche, c'est que le pionnier goldenagecomics a donné naissance à deux entités à la fois similaires et complémentaires. La première est le DCM, qui n'est donc pas seul.

La deuxième est tout aussi intéressante, voire plus, puisqu'il s'agit du site Comic Book Plus, né d'une apparente scission au sein de l'équipe du site premier. Dans les faits, leur offre conséquente en comics du Golden Age sont très similaires, les deux sites partageant plusieurs intervenants. La différence principale, outre l'interface, c'est que CBP propose également des comic-strips, des fanzines, des webcomics, et même des pulps et revues anciennes... et dans plusieurs langues. Notons bien que le site étant basé aux Etats-Unis, certains scans de revues étrangères ne sont pas forcément dans le domaine public européen. Mais quand bien même, il y a largement de quoi lire.

La transition est faite, puisque ceux qui cherchent des lectures en français peuvent se tourner vers Vortex Comix, un blog qui propose une partie de ce même fonds, traduit en langue française.

Ceux qui préfèrent lire du matériel plus neuf peuvent profiter de la plate-forme Amilova, qui regroupe près de 700 webcomics amateurs ou professionnels, dans tous les styles (et même du super-héros de French Comics qui pioche dans le Golden Age, comme quoi !).

espritvengeurcredits

A noter qu'Arcadia Graphic Studio propose aussi une offre mélangeant créations originales (en BD comme en nouvelles) et traductions françaises de comics.

Dans ces traductions, on retrouve notamment Jenny Everywhere, un personnage open source dont une grande partie des aventures est en ligne (et en anglais) sur The Shifter Archive.

Voilà, je crois que l'équilibre est restauré, pour le plus grand plaisir de chaque lecteur. Bien entendu, cette liste est loin d'être exhaustive, ce n'est qu'une sélection de sites thématiquement proches de Comixheroes. Si vous avez des suggestions à faire pour un deuxième article sur l'offre légale en comics, n'hésitez pas à glisser un commentaire !