MIRACLEMAN2014V1MPHC

Un petit rappel des faits ? Marvelman est né en 1954 au Royaume-Uni, à l'initiative de l'éditeur L. Miller & Son, qui était jusque-là importateur des aventures du Captain Marvel de Fawcett Comics - dont la série venait juste de s'arrêter. C'est l'auteur Mick Anglo qui est chargé de trouver un moyen de continuer, et donc de trouver un substitut à l'alter ego de Billy Batson. L'imitation anglaise durera jusqu'en 1963.

C'est en 1982 que l'éditeur Dez Skinn a l'idée de relancer Marvelman dans un nouveau magazine nommé Warrior. Cette nouvelle incarnation, loin du merveilleux des histoires originales, est confiée à Alan Moore et Gary Leach, qui se lancent dans la déconstruction du héros (thème qui trouvera son apogée dans Watchmen). L'éditeur américain Eclipse Comics republiera ces épisodes avant d'en produire de nouveaux à partir de 1985, changeant le nom du héros en Miracleman pour éviter tout procès avec un certain éditeur de Park Avenue. Neil Gaiman prendra la suite d'Alan Moore, et Eclipse disparaîtra en 1994.

Un bel imbroglio juridique en résulte, puisque les droits du personnage sont partagés entre Eclipse et différents auteurs (dont Gaiman) et éditeurs. En 1996, Todd McFarlane rachète les droits d'Eclipse, avant de se heurter à une action en justice de la part de Neil Gaiman. Malgré une tentative avouée d'utiliser Miracleman dans le cadre de sa série Spawn en 2001, McFarlane en sera quitte pour renommer son personnage en Man Of Miracles.

Et c'est finalement Marvel qui récupère, en 2009, les droits du personnage. Il faudra encore cinq années pour qu'ils annoncent enfin la sortie d'un comic-book du personnage qui restera finalement Miracleman, et il s'agit dans un premier temps de rééditions.

C'est ainsi qu'au printemps, Marvel ressortira en édition reliée les épisodes de Miracleman signés Alan Moore, avant sûrement d'embrayer sur la suite de la série - et à terme, sur la production d'épisodes inédits. En revanche, le célèbre scénariste-romancier-sorcier barbu de Northampton ayant cédé ses droits il y a longtemps (en faveur de Mick Anglo, qui n'aura finalement jamais rien touché dans l'affaire), son nom n'apparaîtra pas sur ces rééditions...

En ce qui concerne la France, Panini sortira un album Deluxe de 144 pages (pour 14,90€) qui sera l'équivalent de la version américaine, et c'est Matthieu Auverdin, déjà connaisseur du verbe d'Alan Moore, qui est en charge de la traduction.