Après une petite absence, la rubrique du mercredi est de retour, et c'est à nouveau un deux-en-un qu'on vous propose !


Aujourd'hui encore, nous allons parler de rock, mais pas n'importe lequel, puisque si vous voulez le meilleur, vous avez le meilleur !

kiss3

Bon, évidemment, je vous laisse seuls juges, en plus c'est eux qui le disent. Le sujet, c'est plutôt que le rapprochement entre les comics et la musique n'a jamais été aussi fort que quand Kiss le pratique.

Kiss, le célèbre quatuor de rock 'n roll que tout le monde arrive à situer même sans connaître vraiment la musique (à part certaines pubs et la reprise le massacre de "I Was Made For Lovin' You" par les Enfoirés), avec leur côté kitsch accentué par un univers visuel et une attitude un tantinet décalés, ainsi qu'un film chroniqué par Nanarland. Bien sûr, les multiples frasques provocatrices de rock star dont Gene Simmons est coutumier a aussi son rôle là-dedans, mais là n'est pas la question. Il y a suffisamment de produits estampillés Kiss pour alimenter le débat.

kissaffiche

Le groupe original, composé de Paul Stanley, Peter Criss, Gene Simmons et Ace Frehley, a connu son âge d'or de 1973 à 1982, imposant ses archétypes maquillés tout autour du monde et inspirant nombre de jeunes groupes par son extravagance scénique. Mais le départ de Criss et Frehley a marqué la fin d'une époque, et c'est sans leurs maquillages et leurs personnages de Starchild, Demon, Catman/Fox et Spaceman que les membres restants ont connu une traversée du désert (toute relative puisque ponctuée d'une demi-douzaine d'albums) qui dura jusqu'en 1996.

La nostalgie du public pour le Kiss originel a provoqué la reformation du quatuor de l'âge d'or, avec les costumes et les maquillages qui vont avec, et une tournée triomphale. Mais à l'aube de la sortie d'un nouvel album, c'est pourtant dans les comic-shops qu'est arrivé le matériel inédit en 1997...

A cette époque, Todd McFarlane et sa maison d'édition étaient à leur zénith, et c'est logiquement par l'enfant terrible d'Image Comics que Kiss a signé son retour en comics. On se souvient que, dès 1977, le groupe a eu droit à quelques aventures chez Marvel, mais de manière finalement assez inoffensive. Confiée à Brian Holguin et Angel Medina (sous des couvertures de Michael Golden), la série Kiss - Psycho Circus trouve sa place chez l'éditeur de Spawn en mettant en valeur les personnages de Kiss sous la forme de dieux dont la route croise celle de nombreux protagonistes qui s'aventurent sur le passage du Psycho Circus itinérant. 

 

KISS-Psycho

 

Outre un rapport à l'album Psycho Circus auquel il emprunte quelques thématiques, le comic-book est en réalité plus proche de l'album Destroyer, source d'inspiration qui fournira un certain nombre d'histoires. Mais surtout, on remarque que les archétypes sont en retrait dans la plupart des épisodes, n'agissant que ponctuellement avec les héros qui défilent tout au long de la série, et au moment opportun. Chaque intervention est donc dosée, et les archétypes devenus dieux n'en sont que plus charismatiques : chaque destinée qu'ils croisent est bouleversée, comme peuvent en témoigner les quelques personnages récurrents que sont Madame Raven, Adam Moon et Kismet. Une approche comparable à celle de la série Spawn The Undead, chez le même éditeur.

En 2000, la série s'est achevée au bout de 31 épisodes. En France, il a fallu attendre mars 1999 pour que Semic propose la version française en kiosque, qui a eu visiblement un peu de mal à trouver son public, puisque les 5 numéros (couvrant la moitié de la série) sont sortis de façon très espacée : si le deuxième est sorti en juin 1999, c'est seulement en avril 2000 que la suite est arrivée, avant que la revue ne s'achève en octobre 2000.

Ce titre ne semble pas particulièrement collectionné, mais reste une bonne surprise de la production VF de la fin du XXe siècle, grâce à des scénarios habiles et des dessins superbes.

Jugez plutôt : on avait quitté Angel Medina sur Hulk un peu plus tôt, et sa prestation n'avait pas laissé de bons souvenirs (l'intéressé expliquera lui-même que ses encreurs effaçaient son trait), mais il a su faire montre de tout son talent au travers de planches que je vous laisse le soin d'admirer...

 

Kiss_GreatestHits-v3-pr_005album-page-large-16432

Aujourd'hui, Kiss Comics Group a racheté les droits des comics et les a intégrés dans un univers partagé, les musiciens ont fait moult tournées d'adieu (et rempli quantité de stades) avant de sortir de nouveaux disques en 2009 et 2012, Brian Holguin a continué aux côtés de Todd McFarlane sur Spawn jusqu'en 2009, Angel Medina a travaillé sur Sam & Twitch, puis Spawn, avant de revenir chez Marvel sur Marvel Knights: Spider-Man et Venom: Dark Origin (il a dessiné dernièrement des couvertures pour Zenescope).

Semic n'existe plus, et une réédition de Psycho Circus a été prévue chez Wetta qui a aussi déposé le bilan. L'éditeur américain IDW a commencé à republier tous les comics depuis le début sous le nom Kiss - Greatest Hits (soit les parutions Marvel, Image et Dark Horse), tout en lançant un nouveau mensuel cette année, illustré par... Angel Medina. La boucle est maintenant bouclée. Quant à savoir si un éditeur français est sur les rangs, c'est un mystère. Mais ce serait bien dommage de passer à côté, même pour un public qui n'est pas fan du groupe.

En bonus, voici le clip de la chanson homonyme :